Yangshuo, Chine

Après avoir laissé Guangzhou, j’avoue que les difficultés rattachés aux barrières de la langue nous a ébranlé un peu.

Mais une fois arrivé à Yangshuo avec son décor extraordinaire, on a vite oublié les petits soucis de la ville précédente.  Le train haute vitesse nous a transporté sur un nuage avec des pointes de vitesse près de 250 km/h. Le train fonce au travers des plaines et passe au travers des montagnes dans une succession de tunnels qui pour la plupart mettraient à la gêne notre pont tunnel Louis-Hippolyte Lafontaine.

Et puisque qu’on parle de décor, celui de Yangshuo  provient de circonstances particulières. Cette région était sous la mer avant. Les mêmes plaques tectoniques qui ont formées les Himalaya on soulevé également cette région et l’érosion a fait le reste. Ce qui était friable a disparu au fil des temps pour laisser des pointes rocheuses en forme de cône un peu partout. (ceci est la version très simpliste de ce qui s’est passé. Vous l’auriez deviné 😊)

 

Chemin faisant, on croise plusieurs seances de photos de mariage. Il faut comprendre que suite à plusieurs années avec la politique imposée d’un seul enfant par couple, les garçons ont été favorisés si bien qu’aujourd’hui la population de femmes est minoritaire. Le mariage est devenu une chose prestigieuse dans ces circonstances et les hommes qui ont la chance de s’unir avec une femme sont fiers de s’afficher.

Ce vieil homme porte deux cormorans sur une perche. Ces oiseaux pêche pour lui. Un anneau placé sur la gorge les laissent avaler les petits poissons mais pas les gros. Évidemment cette pratique est presque abandonné car on a des outils plus performants.

La culture est assez abondante sur les surfaces planes. Le sol semble riche et on voie un peu de tout du côté fruits et légumes tel que des oranges et des avocats. Et on est sur place vers la fin de la floraison du canola (fleurs jaunes).

En arrivant à l’adresse de l’hôtel pointé par Google map, eh bien…..pas d’hôtel. Et bien sûr c’est pas la peine de demandé au commerces et restos voisins car ce qu’on dit c’est « du chinois » pour eux.

Mais en déambulant avec nos sacs à dos, un jeune couple (chinois) s’arrête pour voir s’il peuvent aider. Ils ont tous deux un vocabulaire anglais restreints mais c’est assez pour se comprendre et ensemble on finit par trouver l’endroit. Le petit hôtel se prend par une ruelle étroite et n’était donc pas visible de la rue. Il est bâti à flanc de colline. L’endroit est joli et propre et notre chambre spacieuse. Mais on y accède après avoir escaladé 115 marches…..un peu cardio, mais on s’y fait.

La ville est très bien aménagée et très propre. En fait je dirais que c’est mieux tenu que la majorité des villes nord-américaines. (incluant Québec).

Au beau milieu on retrouve une rue piétonnière qui durant le jour est très agréable à marcher et aboutit sur la rivière Li Jiang ou l’on peut prendre une embarcation et explorer davantage. Le soir, cette rue se transforme presque cirque. Des milliers de touristes s’y retrouvent pour magasiner, dîner, boire et danser. Et les gens de la place les accommodent dans ce sens.

On retrouve ici une école de Tai chi renommé. Un grand maître est sur place pour accueillir les intéressés. Des forfaits avec hébergement sont disponibles et le décor est sublime.

Patricia fait la rencontre d’un artisan sculpteur et musicien et après avoir pris le thé celui-ci l’informe que sa sœur/cousine (comme au Myanmar la fille de la sœur de sa mère est considéré comme sa sœur) est de passage et pourrait nous accompagner pour visiter les environs. Il s’agit de James et Lisa. Ce sont leurs noms anglais. (plusieurs chinois ont un nom anglais)  Les deux se débrouillent très bien en Anglais.

Nos deux nouveaux amis sont fascinants. James est du genre épicurien il très calme et posé. Lisa qui est enseignante devient notre “guide” pour trois jours. Elle prend soin de nous emmener dans des endroits non touristiques autant que possible et nous évitent beaucoup de dépenses inutiles. La petite Lisa est une soie et on aurait bien pouvoir l’emmener avec nous pour le reste de notre séjour en Chine. On circule avec des vélos et “scooter” électrique.

Cette vielle dame, une connaissance de Lisa, a 82 ans et vit seule dans une maison de plus de 400 ans. Sur la photo plus bas, on voit l’intérieur qui en donne plein les yeux. Patricia prend place entre la petite vielle et Lisa. Elle porte un manteau de pluie traditionnel pour travailler dans les champs.

La pompe à eau est toujours en fonction !!

Notre séjour à Yangshuo a été mémorable. On a connu ici la Chine sous un angle qui nous a donné le goût de rester plus longtemps ou de revenir. La rencontre de James et Lisa a été le facteur déterminant qui nous a fait vivre de beaux moments.