Bagan, Myanmar

En bordure de la rivière Irrawaddy, un peu au sud de Mandalay se trouve la ville de Bagan.

Cette ville était la capitale de l’empire Birman pour plus de trois cents ans débutant au 9ème siècle. Et au sommet de sa gloire ils avaient construit plus de dix milles temples, pagodas et monastères bouddhistes.

Bien que ce soit la deuxième fois qu’on visite cet endroit, Bagan est aussi attrayant qu’à notre première visite et pour nous présente un aspect un peu « magique ». Le décor est sublime car il reste près de 2000 structures de l’ancien empire en bonne condition.

Il y a eu deux gros tremblements de terre qui ont décimés le cheptel de temples, un en 1975 et un tour récent en 2016. Après celui de 1975 le gouvernement Birman avec l’aide de fidèles bouddhistes ont entrepris des réparations, mais comme ils ont également installé un terrain de golf et une tour d’observation au beau milieu des temples, ceci a empêché l’inscription avec l’Unesco comme site de patrimoine mondial.

Aujourd’hui, suite au dernier tremblement de terre, Unesco finance le réparation et reconstruction de 41 temples, pagodas et stupas.

Notre arrivée à Bagan coïncide avec le début de congé scolaire (mars,avril) et deux congés ; la pleine lune de Taboung et « Peasants Day », le tout jumelé à la fin de semaine. La ville était bondée de gens de partout au Myanmar et de touristes. Les hôtels et restaurants, les sites archéologiques de même que tous les endroits publics étaient bouillonnant de visiteurs.

Après la fin de semaine passée, on retrouve notre Bagan pittoresque que l’on espérait revoir.

Un point qui a agrémenté notre séjour à Bagan a été la rencontre d’une jeune fille (17 ans) qui aspire être guide touristique. Un vrai rayon de soleil avec des sourires à revendre et un anglais parlé acceptable.

Elle nous a approché avec sa copine qui vend des objets d’art en bambou laqué. La petite se surnomme Hnin Hnin (ou Snow Snow en anglais). Elle nous a fait découvrir plusieurs endroits qu’on avait manqué à notre visite précédente en 2013. On a aimé son style “entrepreneur” et sa franchise. Elle remet la bonne partie de ses gains à sa maman et une autre partie à sa tante. Son père ne travaille pas suite à un accident de moto.

La petite Hnin Hnin a insisté pour qu’on rencontre sa maman et nous a offert à dîner. La maison construite par son père (qui est maintenant invalide) a une fondation en brique avec des murs divisions et le toit composés de charpente de bois et surface de bambou tressé. La maman a 33 ans et sa fille 17. Deux des soeurs (de la maman) vivent juste à côté et les enfants de celle-ci se font appelés (par Hnin Hnin) cousin-brother et cousin-sister.

Visite du musée de Bagan. Le musée est un incontournable pour tous ceux qui aiment moindrement l’histoire. On peut voir de quoi avait l’ai la ville au sommet de sa gloire il y a presque mille ans et comment vivait les gens à l’époque. Leurs habillement, leur coupes de cheveux (qui étaient significatives et reliés à leur classe sociale) les habitations des rois et des riches de même que les habitations des paysans en générale. Pour ce qui est des paysans, après avoir visité des villages reculés, on se rend compte que la fabrication  de leurs maisons (apparence d’une hutte) est presque identique à celle des siècles passés.